Poètes d'hier et d'aujourd'hui, perceptions et réflexions philosophiques, politiques et satiriques
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au delà de l'être. (A mon Père qui s'en est allé !)

Aller en bas 
AuteurMessage
Messager

avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Au delà de l'être. (A mon Père qui s'en est allé !)   Sam 3 Jan - 15:50

Ce texte écrit en vers afin de relativiser et de donner plus de poésie à un évènementiel où je narre succintement un parcours, celui de mon Père ; de cinq années de maladie dans la souffrance, dans l'extrème pudeur, mais aussi l'exploitation sacrilège du corps médical qui ne régit qu'avec l'intellect pour un Être humain indissociable de son pathos à sa psyché.
Puis son départ et deux étapes spirituelles, où il serait actuellement dans l'esprit de ses pérégrinations.

Hommage à mon Père terrestre qui s'en est allé le 20 novembre 2008 et, avec lequel je n'ai pas assez partagé mais dont les derniers mois voire les dernières semaines ont été baignés d'un havre d'amour et de vérité échangés...




Au-delà de l’être


L’extrême lassitude de l’âme qui n’en finit pas
Pas à pas de se libérer des outrances et souffrances
La chair se meut et se meurt de feindre le trépas
La guérison ne se peut en l’état de rude violence

Quand l’âme n’accepte plus cette nourriture
Impropre et confuse issue d’un dernier dogme
Qui vit encore de ses dérives et de ses déchirures
Empreintes de ses auspices d’intellect d’homme

Qui s’imagine d’esprit supérieur et salvateur
Illusions de croyances déformées pour régner
De vie et de mort sur l’humanité en honneur
De reconnaissance en de bien peu d’humilité

Regard sur les replis et derniers retranchements
De ce grand corps de docteurs malades de gloire
Sous l’artifice de leur protection qui dément
Leurs illusions bâties de dogmatisme et d’espoirs

La dernière volonté de l’impuissance scientifique
Est de se retrancher des multiples spécialités
Pour un jour reconnaître une incompétence inique
De maintenir vie et curatif à un corps déprimé

Un corps duquel ils se sont expérimentés sciemment
Durant de longues années en dextérité us et savante
Laissant croire à l’être confiant et méritant
Que leurs remèdes seraient de nature vivante

Durant de longues années un corps en lutte titanesque
Mesuré de violences éprouvantes pour son intégrité
Pour perdurer flamme à l’âme en multiples arabesques
S’amenuisant de guerres utopiques et condamnées

Au fil des années l’âme s’inquiète et se distance
Des sciences armées d’arts souverains et de mensonges
Pour un véhicule de chair de plus en plus en errance
Quand le corps souffre et que la guérison devient songe

L’âme se détache pas à pas pour ne pas s’enliser
Prisonnière d’une chair qui ne se peut plus de forcer
D’un corps qui décroit d’un acharnement à sombrer
Un être de piété que l’âme éclairée peut sauver

J’ai vu au fil des temps jusqu’aux heures qui s’égrènent
Un être un esprit qui savait que le répit est une grâce
Un salut imperceptible au bien portant sans peine
Qui ne peut ressentir le temps du chapelet qui se lasse

J’ai ressenti les silences préférant se détacher de la parole
Pour que le corps s’efface et laisse place à l’efficience
D’une âme qui s’activait et se préparait en son rôle
D’espérer rejoindre un jour prochain l’omni conscience

J’ai partagé cette recherche de grandeur du détachement
Où la Guidance éclaire les bienheureux êtres éthérés
Qui enfin donne règne à l’Amour en son élan
Vers l’espoir et la lueur d’un passage bien guidé

J’ai comme nombre de ses proches espéré sa sérénité
Ce moment où enfin la paix du corps permet à mansuétude
Pour que l’âme puisse en dernier souffle se détacher
Sans condition sans retenue sans aucune inquiétude

Voici venu le temps de l’absence conjugué au présent
Celui des heures où l’âme ouvre les mystérieuses portes
Les minutes de vérité où l’esprit est libéré de ses instants
Pour rejoindre les lieux où les âmes libres s’exhortent

Voici le temps venu pour les chemins de pérégrination
Où l’espace n’a plus les aiguilles affutées de l’oubli
C’est le temps des agapes le temps de la réflexion
Le festin réservé aux âmes pour abreuver leur esprit

L’aventure spirituelle peut s’enhardir de toute liberté
Les choix naturels de l’âme se cheminent d’amour
Où l’eau devient océan et un dauphin pour guider
L’âme embarquée sur un bateau filant de plein jour


Sans contrainte dans la joie et le bonheur file ainsi
L’embarcation et son guide souriant et protecteur
Vers et par des contrées où les êtres sont en paradis
Où les horizons favorisent la recherche du bonheur

Au-delà de nos rêves de ses espoirs il revit la terre
Il est heureux et vaque protégé de grands oiseaux
Nageant à l’ombre d’une cascade de bleu et de vert
On ressent pureté qui espère s’élever plus haut.


ELPP [Janvier 2009]

_________________
La poésie est un véhicule pour l'esprit !
L'Amour en est une clef !
Son partage est un accomplissement...
******************************
- Pragmatique, j'ajoute :
"Le vrai journalisme, c'est la voix du Peuple !"


Dernière édition par Messager le Lun 6 Avr - 14:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://actuau-dix-vingt.forumculture.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au delà de l'être. (A mon Père qui s'en est allé !)   Lun 5 Jan - 11:47

bonsoir messager

un tres bel hommage pour votre pére

une tres belle poésie en émotion vraie

amitiés
agathe
Revenir en haut Aller en bas
 
Au delà de l'être. (A mon Père qui s'en est allé !)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACTU-AUX-POETES :: EXPRESSION POETIQUE d'ELPP !-
Sauter vers: