Poètes d'hier et d'aujourd'hui, perceptions et réflexions philosophiques, politiques et satiriques
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La nature de métamatière et la libération anticipée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: La nature de métamatière et la libération anticipée   Mer 10 Nov - 0:09

Bonjour,



Le propre d'un humain est de vivre.

Pour vivre, il faut naître.

Pour naître, nous devons passer par l'étape gestation.

Avant la naissance, ce n'est pas encore un humain. C'est un foetus. Après le décès, ce n'est plus un humain. C'est un mort humain.

Si l'étape gestation est interrompue, si la naissance n'a pas eu lieu, il n'y a pas d'humain. Il n'y a pas mort d'humain. Il n'y a pas naissance d'un esprit.



La nature de matière se protège contre la non conformité par la souffrance et la mort. Pas de souffrance morale pour une libération anticipée. Elle n'est donc pas contre nature matérielle.



Le foetus d'humain n'a pas encore l'appellation humain. Pour avoir cette appellation, il doit passer par l'étape naissance.

Le foetus fait parti du corps de la mère au même titre qu'un membre ou un organe. Elle en dispose à sa guise en fonction de ses envies et de ses dispositions à condition qu'une libération anticipée ne provoque pas une naissance suivie d'une mort des plus innocente.

S'il y a naissance, il y a vie, il y a humain.

S'il n'y a pas naissance, il n'y a pas vie. Il y a gestation. Il y a foetus.

Un humain est un être vivant parce qu'il est né.

Un foetus n'est pas un être vivant parce qu'il n'est pas né. C'est un organe faisant partie intégrante de la mère. Un organe éphémère avec un ADN différent. Elle en dispose à sa guise selon ses instincts et ses dispositions.

Un foetus ne peut pas mourir parce qu'il n'est pas né.

Une libération anticipée n'est pas un infanticide. C'est une extraction. A condition que celle ci ne provoque pas une naissance humaine suivie de la mort d'un humain des plus innocent.

Au premier cri, au premier souffle, il y a naissance, il y a humain.



Une libération anticipée, à condition qu'il n'y ai pas naissance, n'a pas de répercussion dans la nature de métamatière.



Le foétus n'est pas un organe "normal" faisant partie depuis toujours du corps de la mère. C'est un organe éphémère. Un organe à part. Il est issu de la fécondation. Il est donc toléré par le corps de la mère moyennent des désagréments. Ce n'est pas une greffe. Il n'y a pas rejet. Les nausées sont une "douceur" par rapport aux effets d'un rejet. Le foétus s'accroche comme un organe. Il se génère à ses dépends puis se libère pour devenir un être humain. La venue de l'organe éphémère perturbe le corps de la mère.
Revenir en haut Aller en bas
Alaplume

avatar

Nombre de messages : 98
Age : 40
Localisation : Côtes d'Armor
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Mer 10 Nov - 4:03

je ne vois pas vraiment où vous voulez en venir...
à moins que l'on ne se prépare à évoquer le clonage humain.

Si tel est le cas, il faut bien prendre en considération la globalité du sujet et ses incidences; c'est à dire qu'il faut bien comprendre que les déviances de ces pratiques sont dangereuses dans les sens où elles vont contre nature; repousser les limites de la vie est contre nature (et c'est également une déviance); aider l'organisme à se regénérer dans la limite de ses capacités en "facilitant" et non en "substituant" reste chose naturelle, tout comme tendre une main pour relever celui qui s'est effondré.
Revenir en haut Aller en bas
Messager

avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Mer 10 Nov - 9:48

Votre raisonnement semble brut de forme, en effet vous occultez totalement la valeur de l'esprit pour réduire l'être humain à une vie artificielle et didactique...
Quand vous écrivez :
"Si l'étape gestation est interrompue, si la naissance n'a pas eu lieu, il n'y a pas d'humain. Il n'y a pas mort d'humain. Il n'y a pas naissance d'un esprit."

Vous confondez corps et esprit, l'esprit est dans le concept de la gestation, bien avant que celle-ci ne soit apparente et le corps prend alors une parcelle de l'esprit appelée âme...
Comment pourrait-il en être autrement car ce serait voué l'homme à ne vivre sur terre que quelques dizaines d'années et de procréer pour perdurer sa nature d'artifice bien médiocre en votre perception....
Vous occultez même les formes pensées qui font le tissu de l'esprit humain, de celui qui alors est construit et né... Ce qui a fait dire à DEscartes les fameux propos "Je pense donc je suis"...
Moi je pense qu'il est à se reconnaître parce qu'il est justement pour pouvoir penser dans son oeuvre humaine, dans sa chair.
Si nous acceptons une certaine innéité de l'humain, elle ne peut provenir que d'expériences antérieures dont au minimum dans l'étape du foetus qui est un vrai recueil d'apprentissage...
Ce foetus qui périgrine en préparation d'un passage humain mais qui est totalement accompli au mileiu de la gestation pour profiter du temps au terme pour achever le tableau comme le peintre avant de le mettre en galerie...

Ces propos que je tiens, sont bien en dehors de toute religiosité quelconque, ils ne sont pas inspirés non plus par la majorité du corps médical qui se prend pour Dieu et que lorsque quelque chose leur échappe, dit non scientifique, ils prônent alors l'erreur de la nature si c'est pesant, voire le miracle si le constat est beau !
Vous savez, la défense du foetus comme esprit de la nature humaine ne remonte que vers les années du 17 ème siècle, on a appelé alors cela infanticide pour que la majorité du peuple ne banalise pas leur vie à celle de l'animal qui lui n'a pas d'intelligence individuelle, indivis par justement un code ADN indivis, unique... Ce que n'ont pas les animaux qui dans la gêne s'avortent...
Démystifier le foetus comme vous le faites est dangereux et certainement pas anodin comme le souligne notre ami "Alaplume", peut-être pour valoriser scientifiquement la récupération de foetus pour exploitation d'être un peu plus dévoyés en leur vivant bien éphémère dans l'horloge de la Création qu'il ne faut pas pour un oui pour un non modifier par besoin humain de petitesse... pour ne pas dire de bassesse....


Pour la fin de vie eh bien c'est simple, c'est un passage comme celui de la naissance, l'âme se sépare du corps et rejoint l'esprit en attente de périgrinations nouvelles.... Il suffit d'observation des morts pour s'en apercevoir quand le cordon de vie s'échappe du corps, le cordon qui relie l'esprit de l'être qui est au trépas de sa vie terrestre mais pas d'humain, cher Monsieur....

Je ne peux pas plus prouver ce que je dis que ce que vous prétendez, sauf que la philosophie a amplement développé mes images qui ont fait pour certaines , thèse...
L'anti-thèse que vous développez n'est tenue que par des êtres qui on besoin que cela soit dit ainsi, pour leur propre chemienement et leur gloire et pouvoir éventuels...


_________________
La poésie est un véhicule pour l'esprit !
L'Amour en est une clef !
Son partage est un accomplissement...
******************************
- Pragmatique, j'ajoute :
"Le vrai journalisme, c'est la voix du Peuple !"
Revenir en haut Aller en bas
http://actuau-dix-vingt.forumculture.net
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Jeu 11 Nov - 0:21

Citation :
je ne vois pas vraiment où vous voulez en venir...
à moins que l'on ne se prépare à évoquer le clonage humain.
La croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains se positionne par rapport à l'avortement.

Citation :
Si tel est le cas, il faut bien prendre en considération la globalité du sujet et ses incidences; c'est à dire qu'il faut bien comprendre que les déviances de ces pratiques sont dangereuses dans les sens où elles vont contre nature; repousser les limites de la vie est contre nature (et c'est également une déviance); aider l'organisme à se regénérer dans la limite de ses capacités en "facilitant" et non en "substituant" reste chose naturelle, tout comme tendre une main pour relever celui qui s'est effondré.
Un foetus existe comme un coeur ou un poumon. Il ne vit pas. Il existe. Vivre, c'est après la naissance. Extraies un poumon d'un corps humain, c'est une masse de chair inerte sans vie. Il existe tant qu'il est dans le corps. Sortit du corps, c'est une masse de chair sans vie. C'est la même chose pour un foétus libéré trop tôt du corps de la mère.

Mais si par malheur, une libération anticipée provoque une naissance suivie d'une mort, là c'est un odieux crime d'un être humain des plus innocent.





Le foetus n'est pas un organe "normal" faisant partie depuis toujours du corps de la mère. C'est un organe éphémère. Un organe à part. Il est issu de la fécondation. Il est donc toléré par le corps de la mère moyennent des désagréments. Ce n'est pas une greffe. Il n'y a pas rejet. Les nausées sont une "douceur" par rapport aux effets d'un rejet. Le foetus s'accroche comme un organe. Il se génère à ses dépends puis se libère pour devenir un être humain. La venue de l'organe éphémère perturbe le corps de la mère.



Le foetus est un organe éphémère. Le seul. Qui dit organe éphémère dit obligatoirement développement et évolution avant la libération.



Le foetus est le seul organe éphémère chez les mammifères. Il existe dans le corps de la mère le temps de la gestation puis disparait au moment de la naissance du jeune.



Vous sortez un poumon ou un foi d'un corps humain, ce n'est plus qu'une masse de chair inerte.
C'est la même chose pour un foetus. C'est un organe éphémère.

L'empreinte laissée par un humain dans la nature de nature est la suivante : Gestation, vie, dissipation, séparées par deux passages anti-retour : la naissance et la mort.

L'empreinte a commencé à la fécondation. Pas la vie. La vie, elle, a commencé à la naissance et finira à la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Jeu 11 Nov - 0:24

Citation :
Vous confondez corps et esprit, l'esprit est dans le concept de la gestation, bien avant que celle-ci ne soit apparente et le corps prend alors une parcelle de l'esprit appelée âme...
Au premier signe de vie d'un être humain, à sa naissance, à son premier cri, à son premier souffle, la nature de métamatière implante un embryon d'esprit dans ce corps humain tout neuf. Tuer ce nouvel humain porte atteinte à la nature de métamatière.


Citation :
Ce foetus qui périgrine en préparation d'un passage humain mais qui est totalement accompli au mileiu de la gestation pour profiter du temps au terme pour achever le tableau comme le peintre avant de le mettre en galerie...
Tant qu'il est en gestation le foetus est un organe éphémère. Si la mère l'abandonne avant la naissance, il ne sera qu'une masse de chair comme un coeur ou un poumon que l'on a extraie. Si la mère l'abandonne après la naissance il continue à vivre.

La logique veut donc qu'avant la naissance il y a gestation. Il y a organe éphémère. La vie, c'est après la naissance. Pas de compromission avec la logique.



La phase gestation humaine commence à la fécondation et finit à la naissance.
La phase vie humaine commence à la naissance et finit à la mort.
La phase mort humain se situe après le décès.



Le foetus dépend complètement de la mère. Si elle veut s'en défaire, il n'est plus. La gestation dépend de la mère. La vie elle ne dépend plus de la mère. Si elle ne veut plus de son bébé, il continue à vivre.



Lorsque le cordon ombilical est coupé, si le bébé est viable, il y a naissance d'un être humain.


Revenir en haut Aller en bas
Messager

avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Jeu 11 Nov - 3:47

Je me permets d'intervenir sur vos réponses en principe pour Alaplume pour simplement dire que votre raisonnement persiste sur une note très parcellaire de la notion de vie et de vie humaine en particulier.....

Un coeur bat dans le petit corps de l'humain en préparation, le même comme tous ses organes qu'il a à sa disposition dans sa vie actuelle comme dans la future quand il aura changer sa métamorphose aquatique en aérienne....

On ne peut pas dissocier si arbitrairement les choses de la vie sinon par intérêt morbide ou cupide....
Que feriez vous alors d'un être humain qui nait atrophié de plusieurs parties de ses membres indispensables à une vie autonome dans ces idées préétablies que vous semblez promouvoir avec insistance et conviction....
La vie est une règle, une des règle de la nature, le croisemnt d'un spermatozoïde avec l'ovule qui enclanche tout une phénomène de constrution gigantesque et inexplicable par l'homme qui n'a qu'une infime connaissance de la nature des choses de la vie et qui veut se prendre pour Dieu en disant qu'il y a des erreurs de la nature....
Il n'y a pas d'erreur dans les calculs de la nature, c'est bien plus profond que l'assemblage de matière et tout repose comme déjà dit sur un concept Esprit et corps... Le corps étant éphémère de vie et l'esprit en principe immortel, voire intemporel.....

Bref, je ne partage pas du tout votre raccourci explicatif de toute la noblesse de la vie !

_________________
La poésie est un véhicule pour l'esprit !
L'Amour en est une clef !
Son partage est un accomplissement...
******************************
- Pragmatique, j'ajoute :
"Le vrai journalisme, c'est la voix du Peuple !"
Revenir en haut Aller en bas
http://actuau-dix-vingt.forumculture.net
Messager

avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Jeu 11 Nov - 3:58

Vous dites si la mère abandonne son foetus, il meurt, c'est bien entendu et l'enfant abandonné dans un lieu hostile ou inconnu, croyez-vous qu'il vive !

Encore une fois, la vie c'est un tout et on sait mesurer la valeur de la croissance d'un enfant jusqu'à sa vie d'adulte d'environ 21 ans pour le début en comprenant que cette vingtaine d'années correspond à toute l'évolution valeur accélérée de l'évolution de l'homme depuis son début.....
Si vous indexez cela dans votre mode de concept de pensée, vous avez tout compris que rien n'est parcellaire et que la vie est un tout avec plein de petites choses qui la font !
Votre discours est inquiétant car vous semblez marteler sur un véhicule d'idées où l'homme n'est qu'un assemblage mécanique avec à disposition des pièces détachées dont le foetus, à disposition pour scientifiquement améliorer la situation des vivants et pourquoi pas tributaires d'une présélection arbitraire de droit de vie de bon organe ou non, dans un corps adéquat ou non au système préétablit.....

Vous me faites penser à vouloir changer la donne du mystère humain à tous ces alchimistes nazis ou actuels qui donnait une valeur à la matière alors que la matière n'était pas sans esprit et retourne à la terre sans son esprit ou parite de celui-ci dénommée âme....

_________________
La poésie est un véhicule pour l'esprit !
L'Amour en est une clef !
Son partage est un accomplissement...
******************************
- Pragmatique, j'ajoute :
"Le vrai journalisme, c'est la voix du Peuple !"
Revenir en haut Aller en bas
http://actuau-dix-vingt.forumculture.net
Alaplume

avatar

Nombre de messages : 98
Age : 40
Localisation : Côtes d'Armor
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Jeu 11 Nov - 8:02

après avoir lu vos réponses, je pourrais ajouter à votre raisonnement ceci:

ne confondez-vous pas ici la vie et son environnement?
le foetus n'est-il pas une vie dans son environnement "mère", tout comme nous le sommes dans l'environnement "terre"?
Extrayez l'homme de son environnement et voyez ce qu'il devient.
Vous ne concluez pas pour autant que nous ne sommes pas vivants alors que l'est la Terre...

Votre positionnement est donc ici arbitraire.

L'homme a également dénaturé la Terre de la même façon que vous semblez le préciser pour le foetus vis à vis de sa mère.

Vous avez donné des limites à votre raisonnement en vous arrêtant à vous, c'est à dire à l'homme en tant qu'homme, mais à une échelle où l'on mettrait l'homme en gravitation et son environnement au centre, on répercuterait votre raisonnement à l'échelle supérieure, ce qui tendrait à repenser la chose.
Revenir en haut Aller en bas
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Ven 12 Nov - 0:07

Citation :
Un coeur bat dans le petit corps de l'humain en préparation, le même comme tous ses organes qu'il a à sa disposition dans sa vie actuelle comme dans la future quand il aura changer sa métamorphose aquatique en aérienne....
Le foetus n'est pas un organe "normal" faisant partie depuis toujours du corps de la mère. C'est un organe éphémère. Un organe à part. Il est issu de la fécondation. Il est donc toléré par le corps de la mère moyennent des désagréments. Ce n'est pas une greffe. Il n'y a pas rejet. Les nausées sont une "douceur" par rapport aux effets d'un rejet. Le foetus s'accroche comme un organe. Il se génère à ses dépends puis se libère pour devenir un être humain. La venue de l'organe éphémère perturbe le corps de la mère.



Le foetus est un organe éphémère. Le seul. Qui dit organe éphémère dit obligatoirement développement et évolution avant la libération.



Le foetus est le seul organe éphémère chez les mammifères. Il existe dans le corps de la mère le temps de la gestation puis disparait au moment de la naissance du jeune.



Vous sortez un poumon ou un foi d'un corps humain, ce n'est plus qu'une masse de chair inerte.
C'est la même chose pour un foetus. C'est un organe éphémère.

L'empreinte laissée par un humain dans la nature de nature est la suivante : Gestation, vie, dissipation, séparées par deux passages anti-retour : la naissance et la mort.

L'empreinte a commencé à la fécondation. Pas la vie. La vie, elle, a commencé à la naissance et finira à la mort.


Citation :
La vie est une règle, une des règle de la nature, le croisemnt d'un spermatozoïde avec l'ovule qui enclanche tout une phénomène de constrution gigantesque et inexplicable par l'homme qui n'a qu'une infime connaissance de la nature des choses de la vie et qui veut se prendre pour Dieu en disant qu'il y a des erreurs de la nature....
Un coeur ou un poumon existe. Ils ne vivent pas. Sors les du corps, il ne sont qu'une masse de chair inerte. C'est la même chose pour un foetus.




La vie se situe entre la naissance et la mort. Avant la naissance ce n'est pas la vie, c'est la gestation. Après la mort ce n'est plus la vie, c'est la dissipation du corps dans la nature de matière.


Citation :
Il n'y a pas d'erreur dans les calculs de la nature, c'est bien plus profond que l'assemblage de matière et tout repose comme déjà dit sur un concept Esprit et corps... Le corps étant éphémère de vie et l'esprit en principe immortel, voire intemporel.....
La nature de matière nous connait depuis notre fécondation et nous oubliera après notre mort.

la nature de métamatière nous connait depuis notre naissance et connait pour l'éternité.

Alors que choisir ? Oeuvrer pour la matérialité ou oeuvrer pour la métamatérialité ?

Revenir en haut Aller en bas
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Ven 12 Nov - 0:09

Citation :
Vous dites si la mère abandonne son foetus, il meurt, c'est bien entendu et l'enfant abandonné dans un lieu hostile ou inconnu, croyez-vous qu'il vive !
Le foetus n'est pas un organe "normal". C'est un organe éphémère. Le seul. Son ADN est différent de celui de la mère. Il est lié à son corps par le placenta et le cordon ombilical. Elle et lui ne font qu'un comme le coeur, le foi et les poumons ne font qu'un avec le corps . Si la mère meurt le foetus n'est plus. Il a une définition et une classification à part. Sa fonction est de créer un humain. C'est un outil à fabriquer des humains d'où son appellation " organe" (organum = outil). Son existence dans le corps de la mère est éphémère. Elle commence à la fécondation et disparait à la naissance de l'enfant.



Le foetus fait partie du corps de la mère au même titre qu'un de ses organes. Il est pour elle un organe éphémère. Elle en dispose à sa guise en fonction de ses instincts et de ses disponibilités.

Si une femme enceinte perd son foetus quelle aimait tant à cause d'une agression ou d'une malveillance, cette libération anticipée forcée est à considérer comme un meurtre d'un être humain des plus innocent.

Si la libération anticipée forcée provoque une naissance suivie d'une mort, il y a meurtre d'un être humain des plus innocent.

Si la libération anticipée forcée provoque une naissance, si le nouveau-né n'a pas de séquelle, pas de poursuite pour les agresseurs en ce qui concerne le bébé. S'il a des séquelles de sa libération forcée ils en payeront les conséquences.



Si une personne veut donner son rein à une autre personne, libre à elle. C'est son corps. C'est ses organes.

Si une personne perd son rein à cause d'une agression, l'agresseur est traduit en justice.

C'est la même chose pour un foétus. Si la mère veut se séparer de son foetus, libre à elle. C'est son corps. C'est son organe. Si elle le perd à cause d'une agression, l'agresseur est traduit en justice pour meurtre parce que sans son agression un humain serait né.

Le foetus appartient à la mère. Elle en dispose à sa guise. Si elle veut s'en défaire, c'est une extraction. Si une agression extérieure lui fait perdre son foetus quelle aimait tant, l'agresseur devient un meurtrier.


Revenir en haut Aller en bas
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Ven 12 Nov - 0:10

Alaplume a écrit:
après avoir lu vos réponses, je pourrais ajouter à votre raisonnement ceci:

ne confondez-vous pas ici la vie et son environnement?
le foetus n'est-il pas une vie dans son environnement "mère", tout comme nous le sommes dans l'environnement "terre"?
Extrayez l'homme de son environnement et voyez ce qu'il devient.
Vous ne concluez pas pour autant que nous ne sommes pas vivants alors que l'est la Terre...

Votre positionnement est donc ici arbitraire.

L'homme a également dénaturé la Terre de la même façon que vous semblez le préciser pour le foetus vis à vis de sa mère.

Vous avez donné des limites à votre raisonnement en vous arrêtant à vous, c'est à dire à l'homme en tant qu'homme, mais à une échelle où l'on mettrait l'homme en gravitation et son environnement au centre, on répercuterait votre raisonnement à l'échelle supérieure, ce qui tendrait à repenser la chose.
A terme, dès le premier souffle, dès le premier cri, il y a naissance, il y a humain.

Prématuré, sorti du corps de la mère, dès que le cordon ombilical est coupé, si le bébé est viable, il y a être humain.

Si la mère ne veut plus du foetus pour une raison ou pour une autre, c'est avant la naissance ou avant de couper le cordon ombilical quelle doit arrêter son fonctionnement.

Après la naissance ou/et après avoir couper le cordon ombilical, si le bébé est viable, il y a être humain. Le tuer est alors un crime odieux d'un être des plus innocent.
Revenir en haut Aller en bas
Alaplume

avatar

Nombre de messages : 98
Age : 40
Localisation : Côtes d'Armor
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Ven 12 Nov - 1:58

je renchéris alors, si l'on coupe le cordon, l'être humain n'est plus; hors de l'environnement terrestre, on ne peut survivre que de manière détournée, en usant d'artifices; on est bien maintenus en vie par notre environnement.

l'homme n'est plus viable dès lors qu'il quitte sa planète mère, je ne vois pas où est la différence.

doit-on dire pour autant qu'il ne vit pas puisqu'est toujours dépendant de la coquille terrestre?

le foetus n'est pas une masse inerte; il évolue dès lors qu'a eue lieu la fécondation issue de la rencontre du spermatozoïde et de l'ovule; sorti de son environnement protecteur il n'est plus viable, comme bien d'autres sujets considérés vivants.

Comprenez donc ma persisatnce en ce sens, vous présentez là une simple opinion, pas une vérité avérée.

Je n'ai pas spécialement d'avis tranché sur la question, et je ne peux d'ai_lleurs pas me résoudre à en avoir, c'est pourquoi je viendrai étayer le point de vue adverse, considérant là que tout n'est effectivement que question de point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Sam 13 Nov - 0:10

Citation :
le foetus n'est pas une masse inerte;

Extraie du corps de la mère le foetus n'est plus qu'une masse de chair inerte comme un poumon ou un foi que l'on a extraie.


Citation :
il évolue dès lors qu'a eue lieu la fécondation issue de la rencontre du spermatozoïde et de l'ovule;
Tant qu'il est en gestation, le foetus suit sa lente évolution au dépend du corps de la mère comme un organe jusqu'à la naissance. Là, il disparait du corps de la mère et devient un être humain à part entière.


Citation :
Je n'ai pas spécialement d'avis tranché sur la question, et je ne peux d'ai_lleurs pas me résoudre à en avoir, c'est pourquoi je viendrai étayer le point de vue adverse, considérant là que tout n'est effectivement que question de point de vue.

La logique veut donc qu'avant la naissance il y a gestation. Il y a organe éphémère. La vie, c'est après la naissance. Pas de compromission avec la logique.



La phase gestation humaine commence à la fécondation et finit à la naissance.
La phase vie humaine commence à la naissance et finit à la mort.
La phase mort humain se situe après le décès.



Le foetus dépend complètement de la mère. Si elle veut s'en défaire, il n'est plus. La gestation dépend de la mère. La vie elle ne dépend plus de la mère. Si elle ne veut plus de son bébé, il continue à vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Alaplume

avatar

Nombre de messages : 98
Age : 40
Localisation : Côtes d'Armor
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Sam 13 Nov - 3:55

il en va de même pour la vie humaine: l'homme est dépendant de son environnement jusqu'à sa mort où il s'en libère alors; considérer de la sorte, ce voudrait dire alors que la vie commence en fait à la mort, au moment où plus rien ne nous lie à l'environnement.

on reste assez réducteur si l'on considère la vie à l'échelle de l'être, je n'en démordrai pas.

l'homme est en gestation si l'on se situe sur un autre plan où l'on ne le prend plus comme référent.

La logique elle-même dépend des référents qu'on lui donne.
Revenir en haut Aller en bas
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Dim 14 Nov - 1:00

L'espèce humaine possède deux énergies : l'instinct et l'intelligence alors que les animaux et les végétaux n'en possèdent qu'une : l'instinct.

Posséder l'intelligence dans un mode totalement dominé par l'instinct comporte des avantages : l'espèce humaine peut se libérer des liens instinctifs qui brident le comportements de tous les éléments matériels et des inconvénients : les humains se savent mortels.

tout est mortel dans la nature de matière. Se savoir mortel nuit à une vie matérielle.

Les animaux et les végétaux n'ont pas l'intelligence. Ils n'ont que l'instinct. Ils ne savent pas mortels jusqu'au moment de leur mort. La nature de matière se présente donc à eux comme un paradis. Si l'intelligence humaine les prive de leur paradis terrestre, leur vie ne vaut pas la peine d'être vécue.

Les humains possèdent l'intelligence. Ils se savent mortels. Cela nuit à leur vie. Ils n'ont pas accès au paradis terrestre. C'est injuste ! Leur vie vaut-elle la peine d'être vécue ?

Oui !

Posséder l'intelligence métamatérielle, c'est avoir un pied dans la nature de métamatière et hériter de droit sa spécificité : l'éternité. Après la mort de leur corps de matière, les humains se voient vivre dans la nature de métamatière comme ils se voyaient dans leurs rêves.

Dans la nature de matière, le fait de se savoir mortel fait mériter l'éternité !

L'éternité est le plus grand cadeau qu'un être matériel puisse espérer.

La mort n'existe pas dans la nature de métamatière. Ses éléments étant sans matière, l'idée de place de masse n'est pas de rigueur. Tout nouvel arrivant a autant de place et de chance pour se développer. La nature de métamatière est néanmoins tenue de se protéger contre la non conformité de ses éléments. éternellement.

L'univers de métamatière est éternel. La mort n'existe pas chez lui !

Les univers matériels et métamatériels vivent en symbiose. Seuls ils ne sont pas viables.

L'univers de métamatière est éternel, son partenaire l'univers de matière est aussi éternel en renouvelant sas cesse sa matière sans jamais se rassasier !

L'espèce humaine est indispensable au fonctionnement de la symbiose des univers. Elle est aussi éternelle. C'est la seule espèce matérielle a être capable de se reproduire à l'infini sur une infinité de planètes habitables.
Revenir en haut Aller en bas
CAMILLE

avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Sur terre parfois.
Date d'inscription : 04/02/2007

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Mar 16 Nov - 7:10

Juste un mot pour dire que les animaux ont de l'instinct quand l'homme a de l'intuition, ce qui n'est pas de l'instinct mais bien supérieur et dicté par une réflexion de l'esprit.....

Aussi, les animaux ont une intelligence groupe, ce qui fait qu'ils reconnaissent les périodes migratoires, par exemple, qu'ils sont informés de problèmes climatiques ou et de terrestre comme les tremblements de terre et les tsunamis....
Ce n'est pas alors que l'instinct qui lui sert pour sa vie courante pour fonctionner ancestralement....
Il faut comme le suggère Alaplume, raisonner comme un tout avec des degrés d'importance et de conception de l'origine de la matière et de l'utilité dans la Création....
Tant qu'à votre dernière phrase, qu'en savez-vous ?... Qui vous l'a dit ?...
Revenir en haut Aller en bas
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Mar 16 Nov - 23:37

J'ai puisé la découverte de la métamatière aux sources de l'intelligence : la nature de métamatière. Je l'ai visité en intelligence. J'ai visionné ses lois, ses êtres vivants, son environnement, sa relation avec la nature de matière, sa relation avec les humains.

La nature de métamatière, détentrice et émettrice de l'énergie intelligence, m'a donné un surplus d'intelligence pour que je découvre un pan supplémentaire de son environnement.

Mon rôle est d'expliquer cette découverte mes contemporains pour qu'ils évoluent à leur tour en intelligence et en comportements intelligents, qu'ils sortent de l'impasse dérèglement climatique dans laquelle la Science les a perdu et qu'ils retrouvent un avenir durable et serein.
Revenir en haut Aller en bas
Alaplume

avatar

Nombre de messages : 98
Age : 40
Localisation : Côtes d'Armor
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Ven 19 Nov - 10:57

seriez vous un messie???
vous m'impressionnez là par votre humilité.

seule votre interprétation des choses serait intelligente, à ce que je vois.
je lirai, mais ne discuterai avec qui est sûr d'avoir raison; se savoir faillible est l'un des atouts même de l'intelligence, mon cher.

PS: l'intelligence ne se mesure pas, la connaissance oui...
l'intelligence ne se limite pas à la connaissance, cette dernière ne suffisant à produire la première.
Revenir en haut Aller en bas
Messager

avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Sam 20 Nov - 7:11

Vous restez obstiné sur des valeurs de mots qui sont votres comme la métamatière à laquelle vous donnez une vie, un sens qui n'est pas de culture ordinaire, et partant sur un terrain dont l'énigme est de mise comme le sujet initial qui était la vie du foetus....

Comme le précise Alaplume, vous semblez poursuivre un raisonnement obtu quand vos interlocuteurs demeurent opiniâtres et se retrouvent sans réelle réponse à leurs observations comme les dernières émises par Camille dans la nuance entre instinct et intuition !

Vous n'avez pas répondu non plus à ma dernière intervention pour dire ou contredire vos théories qui s'écoutent mais sont difficiles à entendre....

_________________
La poésie est un véhicule pour l'esprit !
L'Amour en est une clef !
Son partage est un accomplissement...
******************************
- Pragmatique, j'ajoute :
"Le vrai journalisme, c'est la voix du Peuple !"
Revenir en haut Aller en bas
http://actuau-dix-vingt.forumculture.net
Alaplume

avatar

Nombre de messages : 98
Age : 40
Localisation : Côtes d'Armor
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Ven 26 Nov - 9:17

il semblerait que l'adversité vous fasse fuir ; auriez-vous peur de pouvoir changer d'opinion???
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La nature de métamatière et la libération anticipée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Libération de Metz, par la 1e demi-brigade (8e,16e,30e BCP)
» bande d'imprimés du comité de libération
» Femme qui lit... libération
» libération de Paris
» La libération

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACTU-AUX-POETES :: Certains espaces de ce site sont réservés aux Membres et d'autres sont ouverts à tous pour les commentaires et réponses. :: VOS REFLEXIONS ET EXPRESSIONS PHILOSOPHIQUES D'HIER ET D'AUJOURD'HUI !-
Sauter vers: