Poètes d'hier et d'aujourd'hui, perceptions et réflexions philosophiques, politiques et satiriques
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dette Publique, Banque et monnaie !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messager

avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Dette Publique, Banque et monnaie !   Ven 8 Oct - 7:06

Dette faramineuse

Les Français ignorent qu'elle provient de la confiscation de leur droit régalien de création monétaire.


--------------------------------------------------------------------------------

Même les chinois sont d’accord et se moque de nous à voir cette vidéo



Voici, en gros, le contenu.











La patrie des Droits de l'Homme est en déclin. La France n'est plus que l'ombre d'elle-même.

C'est une nation au bord de l'échec.



Le pays est dirigé par une classe politique corrompue qui PILLE les richesses publiques pour le bénéfice d'une petite oligarchie financière.

Plus grave encore, ce sabotage est organisé avec le consentement du peuple français, car une majorité de Français vote contre ses propres intérêts, au profit des rentiers les exploitant sans contrepartie, c'est absolument incroyable..



Une partie des recettes fiscales est redistribuée aux milliardaires de ce pays. Malgré une dette record et une pauvreté grandissante, leur Président c'est Robin des Bois à l'envers.

Le petit personnage est le VALET des plus fortunés qui pervertissent et ruinent leur modèle social.

C'est une inversion des valeurs.



Leur économie est à l'image de leurs illusions libérales. Le marketing, le trading, les Compagnies d'assurances ne créent globalement aucune richesse.

La propagande de masse et les médias ont réussi à les culpabiliser sur leurs acquis sociaux qu'ils ne doivent pourtant qu'à eux-mêmes.



Ils se laissent dépouiller, les travailleurs français n'ont pas conscience de leur haut niveau de compétitivité et de leur productivité.

La France est immensément riche, mais pas pour les Français.





Dette faramineuse :



Les Français ignorent qu'elle provient de la confiscation de leur droit régalien de création monétaire. Mais ils ferment les hôpitaux, les crèches, les bureaux de poste, tout ce qui ne profite pas directement aux portefeuilles d'actions des privilégiés. C'est de l'AUTODESTRUCTION en puissance.

Que font les Médias et les politiques ? Il n'y a personne pour tirer la sonnette d'alarme ? Les Français ne se soucient guère que du foot et de la santé de Johnny Hallyday.

C'est vraiment pathétique.



La France ne peut plus créer d'argent pour elle-même, mais seulement pour les banques privées lesquelles prêtent à leur tour cet argent avec intérêts à l'État français.

Voilà d'où vient la dette de la France.

C'est inquiétant !



Les Français auraient-ils un cerveau minuscule ? Oui, une majorité de Français seraient atteints par une pathologie nouvelle qui s'appelle "le syndrôme du larbin".

Un larbin prend systématiquement la défense des classes les plus favorisées, au détriment de celles dont il est issu.

En France, il est courant que des individus, alors qu'ils ne sont pas imposables, militent pour supprimer l'impôt sur la fortune.



Ces fins stratèges qui dirigent ces moutons refusent toute idée de protectionnisme. Ils préfèrent importer nos produits bas de gamme plutôt que de sauvegarder leurs emplois et leur industrie.

Ils sont dogmatiques. Voilà pourquoi la France souffre d'un chômage de masse malgré une main-d’œuvre très qualifiée.



De plus, leur gouvernement est en train de leur augmenter leur durée de cotisation pour la retraite, ainsi en France moins il y a de travail, plus on doit travailler.

C'est très logique !



Voilà le mal profond qui affecte l'hexagone, la situation semble désespérée, mais n'oublions jamais que c'est de cette petite République du monde, pendant la nuit du 4 août 1789, que fut proclamée l'abolition des privilèges.



Mais que reste-t-il de cette flamme ?


--------------------------------------------------------------------------------

La création monétaire



En 1971, la Banque de France éditait un opuscule dénommé « la Monnaie et la Politique monétaire » dans lequel elle précisait :



« Les particuliers - même paraît-il certains banquiers - ont du mal à comprendre que les banques aient le pouvoir de créer de la monnaie ! Pour eux, une banque est un endroit où ils déposent de l'argent en compte et c'est ce dépôt qui permettrait à la banque de consentir un crédit à un autre client. Les dépôts permettraient les crédits. Or, cette vue n'est pas conforme à la réalité, car ce sont les crédits qui font les dépôts ».



Je l’ai vécu personnellement :

Il y a quelques années, dans la banque que je dirigeais à l’époque, j’ai reçu un étudiant pour la partie pratique de son mémoir. Quelle ne fut pas ma surprise de lire dans le cours de sa prof :

Je cite : « les banques font des crédits avec les dépôts des clients »

Je lui téléphone pour lui dire qu’il y avait une petite erreur qui s’était malencontreusement glissée dans son cours ; nous avons fini par nous étriper et j’ai fini par me faire traiter d’incompétent et que je n’avais rien compris à la banque.

En discutant à droite ou à gauche, je peux vous assurer que c’est toujours d’actualité.



Il faut donc rejeter complètement cette idée, sans doute enfouie au fond de votre esprit que, pour qu'un banquier puisse vous proposer un crédit, il FAUT qu'un épargnant soit passé avant vous à la banque pour y déposer des économies correspondantes au prêt que vous allez demander, et qu'en fin de compte, c'est l'épargne d'un autre que le banquier vous prête, en prélevant sa commission au passage (l'intérêt). En réalité c'est l'inverse qui se passe : c'est l'argent emprunté par les uns et les autres, qui se retrouve ensuite en partie en épargne. D'ailleurs, avez-vous déjà entendu votre banquier vous annoncer : « Désolé, votre compte est vide, j'ai prêté son montant à un autre client » ? Votre épargne ne disparaît pas de votre compte, elle reste là, disponible immédiatement ou dans des délais plus ou moins longs, selon le type de placement que vous avez choisi, alors que si vous prêtez de l'argent à vos enfants, vous n'en n'avez plus la disponibilité.

Alors, d'où vient cet argent que les banques nous prêtent ? Elles le créent à partir de rien – ex nihilo – un système extrêmement obscur que l'on veille à maintenir dans l'ombre, soit que l'on pense qu'il est affaire de spécialiste que l'esprit du commun des mortels ne saurait appréhender, soit que le mettre en pleine lumière risquerait de pousser les esprits « éclairés » à se rebeller.



Sans doute est-ce ce qui à fait dire à Henry Ford (1863-1947) :



« Il est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin. »



Nous somme condamnés à L’ Endettement perpétuel. ici



En France, c'est la loi du 3 janvier 1973 sur la réforme des statuts de la Banque de France qui, sous la tutelle du ministre des finances Valéry Giscard D'Estaing, a auto interdit à l'État d'emprunter auprès de la Banque de France. L'article 123 du récent traité de Lisbonne — ratifié suite à un déni de démocratie — stipule: "il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres (...), d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l'Union, aux administrations centrales (...); l'acquisition directe, auprès d'eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite".



Pour financer ses dépenses publiques, l'État a donc recours à l'emprunt: il émet des bons du Trésor ou des effets — selon la durée de l'emprunt — qu'il vend sur le marché. En ce moment la Grèce doit emprunter à plus 9% alors qu’un particulier en France emprunte à 2.5 % ;Et les banques commerciales financent leur achat de ces titres de dettes publiques par simple création monétaire...

Autrement dit, les banques s'enrichissent gracieusement tandis que l'État (c'est à dire les contribuables) s'endette. Cette logique d'endettement crée un cercle infernal, car tôt ou tard il faudra rembourser l'emprunt et les intérêts. Or lors de la création de monnaie donnant lieu au crédit, seul le principal a été créé. L'argent pour payer les intérêts n'a quant à lui jamais été créé.

Parmi les nombreux économistes qui s'élèvent contre cet état de fait, le prix Nobel d'économie Maurice Allais dénonce radicalement ce système:



"La création monétaire doit relever de l'État et de l'État seul. Toute création monétaire autre que la monnaie de base par la Banque centrale doit être rendue impossible, de manière que disparaissent les "faux droits" résultant actuellement de la création de monnaie bancaire"





Le montant de la dette française s'élève à plus de 1 400 milliards d'euros et le seul remboursement annuel des intérêts de cette dette absorbe la totalité de l'impôt sur le revenu.

Ce montant est sensiblement égal à la somme des intérêts (actualisés) payés sur cette dette depuis 1973 , date à laquelle l'État a renoncé à la création monétaire.



Autrement dit, si l'État avait pu se financer directement à la Banque de France sans intérêts, mais avec l'obligation de rembourser l'emprunt et de détruire ainsi la monnaie créée, le pays ne serait aujourd'hui quasiment pas endetté.



Confirmation par les chiffres issus de l’INSEE arrêtés à 2006





Intérêts cumulés de la dette publique

Commençons avec ces tableaux issus des données de l'Insee qui nous informe de la dette publique cumulée en milliards d'euros courants, à laquelle nous avons appliqué chaque année les coefficients de transformation pour obtenir les valeurs "euros 2006", :

http://www.insee.fr/fr/indicateur/cnat_annu/base_2000/finances_publiques/dette_deficit.htm / (3.341 - Dette publique au sens de Maastricht)
et http://www.insee.fr/fr/indicateur/pouvoir_achat.xls



Année
Dette publique cumulée en milliards d'euros courants
Coefficients de transformation euros courants à valeur euro 2006
Dette publique cumulée en milliards d'euros constants 2006

1978
72,80
3,06524
223,15

1979
82,80
2,76756
229,15

1980
92,20
2,43722
224,71

1981
110,10
2,14906
236,61

1982
145,50
1,92196
279,65

1983
170,00
1,75332
298,06

1984
201,40
1,63236
328,76

1985
227,70
1,54249
351,22

1986
249,30
1,50254
374,58

1987
281,20
1,45669
409,62

1988
302,80
1,41851
429,53

1989
333,30
1,36912
456,33

1990
363,60
1,32451
481,59

1991
385,10
1,28339
494,23

1992
440,10
1,25367
551,74

1993
510,00
1,22809
626,33

1994
564,80
1,20795
682,25

1995
657,90
1,18742
781,20

1996
707,20
1,16446
823,51

1997
742,50
1,15036
854,14

1998
778,00
1,14242
888,80

1999
795,30
1,13671
904,03

2000
817,20
1,11782
913,48

2001
842,50
1,09952
926,35

2002
901,80
1,07900
973,04

2003
994,50
1,05700
1051,19

2004
1068,30
1,03500
1105,69

2005
1136,80
1,01600
1154,98

2006
1142,20
1,00000
1142,20






Pour la suite, les taux d'intérêts (moyennés annuellement) sont extraits du fichier des taux mensuel sous Excel de la Banque de France joint à ce courriel.:



Tableau récapitulatif

Année
Taux moyens

1978
8,92%

1979
9,84%

1980
13,03%

1981
15,70%

1982
15,69%

1983
13,63%

1984
12,54%

1985
10,94%

1986
8,44%

1987
9,43%

1988
9,06%

1989
8,79%

1990
9,93%

1991
9,05%

1992
8,60%

1993
6,90%

1994
7,35%

1995
7,59%

1996
6,38%

1997
5,63%

1998
4,72%

1999
4,69%

2000
5,45%

2001
5,05%

2002
4,93%

2003
4,18%

2004
4,16%

2005
3,46%

2006
3,86%




La base du raisonnement utilisé pour calculer l'intérêt cumulé, est la suivante: Soit une dette de l'année N ; l'État paye des intérêts sur ce montant (suivant le taux d'émission des obligations). La différence de la dette publique entre l'année N+1 et l'année N représente la somme des intérêts versés, augmenté éventuellement d'un certain capital supplémentaire, total nécessaire pour équilibrer les budgets.

Exemple 1 suivant le tableau qui suit: de 1994 (682,3) à 1995 (781,2) la dette a augmenté de 99,0 milliards d'euros. Le taux moyen sur cette période est de 7,59 %, les intérêts représentent donc 59,3 ( 781,2 x 7,59 %). C'est donc seulement de 99,0 - 59,3 = 39,7 milliards d'euros que nous aurions eu besoin, autrement dit : notre dette n'aurait AUGMENTÉ que de 39,7 milliards d'euros (au lieu de 99 milliards d’Euros), si nous n'avions pas eu d'intérêts à payer.

Exemple 2 suivant le tableau qui suit: de 1999 ( 795,3) à 2000 ( 817,2) la dette a augmenté de 21,9 milliards d'euros. Le taux moyen sur cette période est de 5,5%, les intérêts représentent donc 44,5 (817,2 x 5,5%). C'est donc seulement de 21,9 - 44,5 = -22,6 milliards d'euros que nous aurions besoin, autrement dit : notre dette aurait été RÉDUITE de 22,6 milliards d'euros (au lieu de l augmenter de 21,9 milliards d’euros), si nous n'avions pas eu d'intérêts à payer!






_________________
La poésie est un véhicule pour l'esprit !
L'Amour en est une clef !
Son partage est un accomplissement...
******************************
- Pragmatique, j'ajoute :
"Le vrai journalisme, c'est la voix du Peuple !"
Revenir en haut Aller en bas
http://actuau-dix-vingt.forumculture.net
Alaplume

avatar

Nombre de messages : 98
Age : 40
Localisation : Côtes d'Armor
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Dette Publique, Banque et monnaie !   Mer 13 Oct - 8:00

je dirais simplement que les intérêts ne devraient pas être calculés de la sorte; à mon sens, ils ne devraient être payés qu'une fois, c'est à dire sur la somme totale empruntée, ce qui paraît bien plus juste et évite la faillite financière, que ce soit au niveau nationale ou local, j'entends par là qu'un emprunt de 1000 euros à 5% serait préférable à 10 ou 20% dès lors qu'il ne tienne compte que de la somme empruntée et non de la durée de remboursement, les plus lents à rembourser étant indubitablement les plus pauvres.

J'ai toujours trouvé le principe de l'emprunt national ridicule car il n'a cessé d'apauvrir notre capacité d'autonomie; si nous considérions qu'aucun emprunt n'aurait été contracté, voyez ce que l'on aurait pu accomplir jusqu'ici (nous ne serions pas en recherche d'économie sur les branches santé et retraite qui pénaliseront une fois de plus les plus pauvres).

je pourrais entamer une longue discussion sur ce que je pense de la politique actuelle tout en ayant conscience que certaines décisions s'imposeront de toute façon à nous, mais il y aurait trop de choses à dire.

J'aurais aimé pouvoir en discuter avec des membres de partis politiques pour leur exposer la vision des gens d'en bas, comme l'on dit, eux n'avançant bien souvent qu'avec des oeillères.
Revenir en haut Aller en bas
Messager

avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: Dette Publique, Banque et monnaie !   Mer 13 Oct - 8:26

Je mets à lecture des expressions politico-économiques pertinentes, de temps à autre, justement pour que les Lecteurs réagissent comme vous le faites ou bien permet de base de connaissance que la majorité de nos elus ne connaissent pas et ne s'y intéressent surtout pas !
Le hic est là, mon cheminement politico-économique durant ma vie qui est un nettement plus en temps que la votre Cher Alaplume, il se fait que je suis devenu désespéré voire misanthrope de la nature humaine telle qu'elle devient et à commencer par ses représentants du pouvoir et de l'argent dont le Peuple intelligent occidental devient nuisible pour exploiter les peuples dits en voie d'évolution !
Il ne vous a pas échappé que d'années en années notre industrie est allé chercher de plus en plus loin de l'énergie humaine pour les besoins de fabrication ! Le pouvoir en place s'en satisfait et trouve son compte par des contre-parties très spéciales comme l'est par exemple le régime salarial, de retraite et avantages dont nos députés bénéficient sur le dos du Peuple...Il ne vous échappe pas que ces Députés se comportent en godillots lors des votes en assemblée....
Que le peuple n'est que gaulois à se manifester pour le plaisir de contester alors qu'aucun mouvement depuis 1968 n'a eu lieu pour dire le désarroi du présent qui s'agrave de jour en jour sous nos yeux médusés et de se dire quand cela va s'arrêter....

Et d'interpeller nos Elus ne sert plus à rien car ils savent que même si les gens ne votent plus ils seront toujours élus avec même 20 % de votants....
Virer Sarko, ce cynique bouffon, il le faut mais qui va prendre la relève pour entendre le bruit sourd de la gronde du Peuple dont maintenant l'échelle sociale n'existe plus ayant pour seuls, les nantis et les pauvres avec quelques rares professions privilégiées qui sont indispensables aux nantis pour demeurer sur un des barreaux du milieu de l'échelle, et êtrre respectées....

_________________
La poésie est un véhicule pour l'esprit !
L'Amour en est une clef !
Son partage est un accomplissement...
******************************
- Pragmatique, j'ajoute :
"Le vrai journalisme, c'est la voix du Peuple !"
Revenir en haut Aller en bas
http://actuau-dix-vingt.forumculture.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dette Publique, Banque et monnaie !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dette Publique, Banque et monnaie !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "la crise actuelle est née en 1971"
» Banque du Canada-musée de la monnaie
» Nouvelle monnaie au Sud-Soudan
» échange de billets de banque ..très sérieux..
» Monnaie Gauloise,denier de la république..? ou autre ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACTU-AUX-POETES :: Certains espaces de ce site sont réservés aux Membres et d'autres sont ouverts à tous pour les commentaires et réponses. :: Vos Expressions politiques de préférence sous forme satirique !-
Sauter vers: